Conférence gratuite ! Ce que toutes les femmes doivent absoluement savoir pour rajeunir Cliquez ici

Notre Blogue

Les athlètes olympiques remportent-ils aussi la médaille de la longévité?

Partagez cette page !

Acclamés par le monde entier pour leurs performances sportives et leurs capacités physiques hors du commun, les athlètes olympiques ont-ils une génétique leur permettant de vivre plus longtemps que la majorité d’entre nous?

Depuis longtemps, nous connaissons les bienfaits de l’activité physique pratiquée de façon régulière. Nous savons tous que le risque de mortalité prématurée est ainsi diminué, surtout en ce qui concerne l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension et les cancers. Cependant, chez les athlètes de haut niveau, le risque de blessures et d’invalidité à long terme relié à la pratique sportive est-il supérieur aux bienfaits sur la santé qu’ils peuvent en tirer?

Des statistiques qui en disent long

Des scientifiques se sont penchés sur la question. En 2000, un groupe de chercheurs a déterminé que l’espérance de vie d’athlètes finlandais ayant participé aux Jeux Olympiques entre 1920 et 1965 dans des sports d’endurance était supérieure de 6 ans. Leur taux d’hospitalisation à un âge avancé pour maladies cardiaques, respiratoires ou cancers était également plus faible. Cependant, ils étaient plus souvent hospitalisés pour des troubles musculo-squelettiques que la population en générale. Ce qui nous pousse à conclure que l’activité physique à un niveau aussi intense est bénéfique pour la santé, mais dommageable pour la mobilité physique à long terme.

Quels choix font-ils au quotidien?

Pour être au sommet de leur discipline sportive, les athlètes de haut niveau font de nombreux sacrifices et se contraignent à un régime de vie particulier. Ils apportent une attention particulière à ce qu’ils mangent, afin d’optimiser leurs aptitudes physiques. Nous sommes parfois surpris d’apprendre qu’un athlète reconnu souffre de maladies cardiovasculaires ou de cancer à un très jeune âge. Bien entendu, certains athlètes mangent n’importe quoi et performent tout de même au niveau mondial. Ce ne sont pourtant pas eux qui nous impressionneront par leur longévité dans 60 ans. Prenons plutôt exemple sur ceux qui rayonnent de santé!

Une alimentation de qualité, variée, bourrée d’antioxydants (comportant beaucoup de fruits et légumes crus) compense habituellement facilement pour les radicaux libres normalement produits par l’activité physique d’intensité modérée. Cependant, lorsqu’un athlète passe à un niveau supérieur d’intensité, il est essentiel que le contenu en antioxydants de son alimentation soit grandement augmenté, sinon les radicaux libres le pousseront à une vitesse vertigineuse vers un vieillissement prématuré.

Le secret le mieux gardé des athlètes : la chiropratique

De nombreux athlètes olympiques et de niveau international ont recours à l’expertise d’un docteur en chiropratique afin de s’assurer que leur système nerveux fonctionne de façon optimale. En effet, les nerfs contribuent à améliorer la coordination, le niveau de concentration, le temps de réaction, la posture et l’équilibre. Bien entendu, tous ces bienfaits sur le système nerveux se répercutent sur tous les autres parties du corps dirigées par le système nerveux, d’où une amélioration remarquable de la santé à de nombreux égards.

Quand le sport devient nocif

Certains sports exigent un régime particulier pouvant être particulièrement nocif pour l’athlète. C’est le cas des disciplines mettant l’accent sur l’esthétique ou les sports par catégories de poids. Le pourcentage de troubles de l’alimentation (anorexie et boulimie) est supérieur chez les sportifs (15-31% vs 5-13% dans la population générale). Ces troubles entraînent des dérèglements du cycle menstruel. De nombreuses athlètes n’ont carrément pas de règles (65% chez les coureuses de fond vs 2% dans la population générale), ce qui perturbe les systèmes hormonal et reproducteur. Il est également surprenant de constater que le nombre de personnes avec une faible densité osseuse est 2 à 4 fois supérieur chez les athlètes.

À 100 ans, il court un marathon!

Quel exploit pour ce jeune homme de 101 ans qui a participé en 2008 au marathon de Londres. Le Britannique Buster Martin a complété les 42 km en 10 heures. Un Français d’origine indienne, Fauja Singh, a également réussi cet exploit à 100 ans en complétant le marathon de Toronto en un peu plus de 8 heures en 2011. Pour sa part, le grec Dimitrion Yordanidis n’avait que 98 ans lorsqu’il a terminé un marathon en moins de 8 heures en 1976!

Que doit-on en conclure?

Prenons ce qu’il y a de mieux dans leur entraînement et éliminons le stress relié à la performance à tout prix et le risque de blessure.

Voici les secrets pour vivre encore plus longtemps que les athlètes olympiques

  1. Faites de l’activité physique à chaque jour.
  2. Alternez entre des séances de faible intensité et des séances plus intenses.
  3. Pratiquez des activités variées afin de solliciter différents groupes musculaires et ainsi renforcir tous les muscles de votre corps. Ceci permet également d’éviter les blessures répétitives.
  4. Pratiquez des activités cardio d’endurance au moins 3 fois par semaine (jogging, vélo, ski de fond, natation, raquette, kayak).
  5. Optez pour un programme de musculation varié et complet.
  6. Faites un échauffement (warm-up) avant la séance et compléter avec un cool-down et des étirements à la fin, afin de réduire grandement les risques de blessures musculo-squelettiques.
  7. Prévoyez 48h de repos entre les séances de musculation d’un même groupe musculaire. On peut cependant faire de la musculation tous les jours si ce sont des groupes musculaires différents qui sont travaillés (jour 1 : membres supérieurs et dos, jour 2 : membres inférieurs et abdominaux).
  8. Planifiez des périodes de repos complet dans notre planification annuelle.
  9. Accordez-vous des périodes de repos prolongées en cas de blessure, pour permettre la guérison complète des fibres musculaires.
  10. Remplissez votre assiette d’antioxydants (vitamine A, C, E, sélénium, resvératol, polyphénols, caroténoïdes…) : agrumes, fraises, kiwi, pomme grenade, bleuets, raisins, noix crues variées, huile d’olive, germe de blé…
  11. Consultez régulièrement un chiropraticien pour optimiser le fonctionnement de votre système nerveux et vos performances sportives.

Et non, le secret de la longévité n’est pas d’avoir une génétique exceptionnelle. Le secret repose dans les choix quotidiens que nous faisons tout en respectant les limites de notre corps. La question est : le désir de vaincre à tout prix doit-il l’emporter sur votre santé?

 Dre Isabelle Rousseau-Caron

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question !

Nous joindre

Information?

ENVOYÉ